COVID-19| Sommes-nous en train de perdre la raison ?

COVID-19| Sommes-nous en train de perdre la raison ?

Avec 12 cas de Covid 19 confirmés, le stresse monte d’un cran. D’ailleurs, dès l’annonce des premiers cas de Covid-19 le mercredi 18 mars, la panique s’est installée. Frénésies et bousculades vers les pharmacies, boutiques et supermarchés … Mutinerie au sein de la prison de Beau-Bassin. Des personnes s’enfuyant des Centres de quarantaine. « Sommes-nous en train de perdre la raison ? », peut-on se demander.

 

« Nous sommes dans une société de consommation, les gens ne peuvent pas s’imaginer manquer de nourriture. Cette frénésie démontre tout simplement une forte dépendance
à un produit »,
explique le professeur Ibrahim Koodoruth, sociologue chargé de cours à l’université de Maurice (UOM). Pour lui, l’arrivée du Covid-19 dans le pays a aussi démontré que la solidarité d’antan n’existe plus et que la compassion pour l’autre a cédé la place à l’individualisme et à l’instinct de survie.

Un instinct de survie qui « rappelle que l’être humain n’est pas que rationnel, mais agit aussi en fonction de ses émotions », soutient la psychologue Pascale I. Bodet. Un instinct qui conduit alors à des réactions irrationnelles du public. La psychologue explique d’ailleurs qu’un effet de contagion émotionnel a envahi les personnes qui essaient de rester rationnelles : en voyant les autres se ruer dans les supermarchés pour acheter en abondance, elles le font aussi.

Face à cette situation, le sociologue Ibrahim Koodoruth soutient également qu’il est important de se mettre dans les chaussures de ceux qui manquent d’informations sur l’étendue de la situation, notamment quant au stock alimentaire disponible. « S’il y a irrationalité, je dirai que cela viendra surtout des autorités. Bien qu’elles rassurent la population quant au fait qu’il n’y aura pas de pénurie, jusqu’à présent, je n’ai vu personne apporter des preuves en termes de chiffres. Entre ce qui est dit et la réalité, il existe une incohérence. Le ministre affirme bien qu’il n’y a pas de pénuries, mais nous avons vu des rayons vides. Jusqu’aujourd’hui, aucun règlement n’a été mis en place pour éviter le stock piling. Il y a un manque de transparence en termes de communication et je sens que les autorités sont dépassées par la situation ».

Ses propos rejoignent ceux de Christina Chan-Meetoo, chargée de cours en communication à l’UOM en journalisme et communication, qui pense que la manière de communiquer avec le public aurait pu être améliorée. Consentant toutefois que, « c’est plus facile à dire qu’à faire ». D’ailleurs, elle souligne que des mesures ont bien été prises pour éviter la panique, sachant qu’en général, « le service public n’est pas réactif », mais elle invite les autorités à améliorer leur mode de communication.

Christina Chan-Meetoo invite également le public à être plus discipliné et à suivre les consignes des autorités. Pour notamment protéger les plus vulnérables et agir responsablement pour ne pas laisser le virus se répandre.

Pascale I. Bodet, ajoute qu’il faut garder une attitude calme. Face aux informations diffusées à travers les réseaux sociaux, elle invite tout un chacun à être responsable et informé : « Le public doit pouvoir filtrer les informations et s’assurer que les sources sont sûres avant diffuser en masse. » 

La psychologue a d’ailleurs réalisé une vidéo sur comment être apaisé en temps de Covid-19.

Vidéo disponible ici : https://www.facebook.com/pbodetpsychologue/videos/839795199821671/UzpfSTEwMDAxMTQxNDk0OTYyNToxMjc4MTM3NjI1OTEwMDU3/

Anaïs Rock

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0