Se confesser | Comment ? Pourquoi ?

En cette Semaine sainte en confinement, impossible de se rendre à l’église pour recevoir le sacrement du pardon. Mais, le ccardinal Piat nous invite à faire une confession personnelle (intervention du 3 avril). Comment cela peut-il se faire ? Explications du père Maximil Tambyapin.

Nous sommes en confinement. Pas de messes, les églises sont fermées. Dans ce cas-là, que faut-il faire ? Pouvons-nous nous confesser en temps de confinement ?

« Si tu ne trouves pas de confesseur, il faut que tu t’adresses directement à Dieu pour lui demander son pardon », a expliqué le pape François, en s’appuyant sur le Catéchisme de l’Église catholique (CEC) lors de la messe à la Résidence Sainte-Marthe au Vatican le 20 mars 2020.

Le cardinal Maurice Piat, dans son allocution du vendredi 3 avril 2020, nous invite à faire une confession personnelle, un cœur-à-cœur avec Dieu notre Papa. Dans les moments de crise où nous ne pouvons pas recevoir le sacrement, nous pouvons faire ainsi. Dans ce cœur-à-cœur, nous procédons comme ceci :

  1. Nous disons merci à Dieu pour sa miséricorde.
  2. Puis nous lui disons notre péché et nous lui demandons pardon.
  3. Enfin, nous prenons la résolution d’aller nous confesser avec un prêtre quand la pandémie sera terminée.

Mais en temps normal, est-ce que la confession personnelle peut être appliquée sans aller devant un prêtre ?

Le sacrement de la réconciliation est le signe de l’amour infini de Dieu. Le pardon de Dieu est toujours possible, si nous faisons une démarche vraiment sincère. En nous reconnaissant pécheurs, nous croyons que l’Amour infini de Dieu est toujours le plus fort. Le dialogue avec un prêtre est le signe efficace de cette réconciliation avec Dieu et avec nos frères.

Le pardon de Dieu est exprimé par les paroles du prêtre : « Que Dieu notre Père vous montre sa miséricorde ; par la mort et la résurrection de son Fils il a réconcilié le monde avec lui et il a envoyé l’Esprit-Saint pour la rémission des péchés : par le ministère de l’Église qu’il vous donne le pardon et la paix. » Ensuite le prêtre, témoin de la miséricorde, relève, encourage, fortifie dans la foi celui ou celle qui reconnaît ses fautes. La démarche d’aller rencontrer un prêtre est irremplaçable.

Mais pourquoi est-il important de confesser ?

Il s’agit d’abord de se mettre en vérité face à Dieu et de lui demander de nous montrer ce qui fait obstacle à l’amour en nous, et puis de rencontrer un prêtre.

Un petit rappel de la formule de la confession….

Le schéma « pratique » de confession est le suivant :

Le pénitent dit : « Bénissez-moi, mon père, parce que j’ai péché. »

Le prêtre bénit alors le fidèle et l’invite à entrer dans la confiance pour cette confession.

Le pénitent peut dire depuis combien de temps il ne s’est pas confessé et présenter brièvement son état de vie. Puis vient le temps de l’aveu des péchés reconnu à la lumière de l’amour infini de Dieu. Je reconnais avec simplicité mon péché, sans me justifier. On peut examiner les manquements…

  • Envers Dieu.
  • Envers mon prochain.
  • Envers moi-même.
  • « De tous ces péchés, j’en demande pardon à Dieu, et à vous mon père pénitence et absolution. »
  • Ensuite le prêtre, témoin de la miséricorde, relève, encourage, fortifie dans la foi celui qui reconnaît ses fautes avec contrition.
    Il invite à formuler un acte de contrition,

Il prononce la formule d’absolution, il invite à repartir dans la paix et à ne plus faire de péchés.

Arline Esther-Gérard

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0