Réflexion | Un printemps décisif

La moitié de la population mondiale est en confinement. Elle n’a pu célébrer Paques comme avant. Même les églises sont restées fermées ! Comme pour donner le ton à cette révision sociale qui s’impose à tous les hommes de bonne volonté et les âmes clairvoyantes.

Car, ce virus nous a isolé afin que nous explorions les entrailles de notre société, afin d’y faire une évaluation. Identifiant ses failles, ses ressources, ses qualités et ses avenues d’exploitation.

Pourquoi la création a-t-elle choisit le 21e siècle pour réclamer cette grande révision ? Peut-être bien parce-que, d’une part, l’urgence de la situation l’interpelle, et, d’autre part, parce qu’elle considère que nous sommes technologiquement prêts à partager nos données respectives et à reconstruire un modèle social performant et aimant.

Rien qu’à l’échelle locale, jamais n’ai-je vu un tel affichage du pire et du meilleur sur la toile. C’est exactement comme si le voile avait été levé sur la scène et ses couloirs ! A nous de choisir le spectacle qui conviendrait le mieux à notre avenir.

Si, ici, s’invite, dans les réseaux sociaux, l’insatiable appétit de certains marchands de légumes, là-bas, s’affiche l’interpellation populaire des voleurs qui, sans aucun scrupule, pillent les champs des agriculteurs pour se faire de l’argent.

Lorsque d’un coté les artistes et citoyens responsables rivalisent de créativité pour faire observer le confinement, de l’autre côté, les irresponsables défient les mesures préventives au vu et au su des autorités.

Si, d’une part, atterrissent dans nos inbox des magazines, journaux et conseils enrichissants, d’autre part, y arrivent aussi des critiques infondées, des messages déprimants du style « fin du monde » et autres vidéos chronophages qui ne mènent à rien en ces temps décisifs.

Non, nous ne sommes pas au seuil de la fin du monde, mais, si nous le voulons, nous pouvons ouvrir la porte sur un autre monde lorsque le confinement sera chose du passé. Cependant, c’est maintenant que doit se préparer ce nouveau printemps .

Nous disposons d’une vingtaine de jours pour réviser le moteur. A nous d’identifier nos priorités, de réclamer les meilleures garanties, de conjuguer le temps du confinement pour la mise en route d’un monde plus aimant, plus juste et moins indifférent.

Le choix est simple : Préparer ensemble à bondir dans un monde meilleur après l’isolation ou atterrir, ensemble, dans la pire des chaudières en noyant dans nos futilités, nos indifférences, voir notre stupidité, cette Carte « Covid » et sa vidange inattendue.

Le choix ultime nous appartient. Nous disposons, à présent, du temps et des moyens pour l’exprimer.

Profitons-en judicieusement !

Alain Jeannot

12 Avril 2020

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0