Les messes en ligne : En communion à distance

Les messes en ligne : En communion à distance

Les messes en ligne ont encore toute leur importance aujourd’hui, malgré la réouverture des lieux de culte. En effet, seulement 50 personnes peuvent assister aux célébrations en présentiel. Ces célébrations en ligne se tiennent dans bon nombre de paroisses depuis le confinement de 2020. Chaque dimanche matin, la télévision nationale retransmet aussi la messe.  Après deux confinements, les moyens et l’expérience ont évolué pour mieux faire vivre ces célébrations eucharistiques à distance aux fidèles. Abel Sullivan, responsable technique à CAPAV, revient sur les joies et les défis de l’enregistrement d’une messe télévisée avec les protocoles sanitaires préexistants.

Organisation

Pour la chorale et les lecteurs, Abel Sullivan soutient que la paroisse Notre-Dame-de Lourdes s’en occupe. Le tout en limitant le rassemblement à seulement à dix personnes. «  On se retrouve ainsi avec deux techniciens pour gérer une messe en ligne  », explique notre interlocuteur. Une situation pas évidente. Entre l’installation et le réglage des équipements, qui durent environ deux heures, et gérer quatre caméras et une régie, Abel Sullivan a dû s’organiser pour trouver les moyens de faire que le public soit plus proche de cette célébration.

«  On a misé sur des caméras fixes que l’on règle selon la taille de l’intervenant, limitant ainsi les déplacements », avance-t-il. Mais il faut rester en stand-by en cas de couacs ou autres réglages. Outre l’installation des équipements, il y a aussi le transport. Une situation qui a contribué, en partie, au fait que les messes télévisées soient principalement réalisées à Rose-Hill. « Comme nos locaux se situent dans la cour de Notre-Dame de-Lourdes, c’est plus facile de transporter le matériel avant et après les messes », souligne notre interlocuteur.

Par ailleurs, la messe est enregistrée le samedi matin pour être diffusée le dimanche sur la MBC. Ainsi, les techniciens de la station nationale ont le temps de tout convertir pour un format adapté au petit écran. Une version est aussi diffusée en ligne sur la chaîne YouTube de CAPAV.

Faire vivre une expérience

«  Le but des messes en ligne n’est pas de faire des personnes qui y assistent des téléspectateurs, mais des participants de chez elles. »

Pour Abel Sullivan, la réalisation d’une messe ne se planifie pas comme un spectacle, mais plus comme un moment de communion, malgré la distance. «  La question que je me pose en réalisant une messe est ce que regarde le public pendant la célébration  », soutient Abel Sullivan, dont le focus se situe plus sur l’autel.

Avec le temps, le technicien explique qu’avec l’aide de la MBC, il a pu diffuser les copies de chant pour permettre au public de mieux participer.

Outre cette participation, il y a aussi un bon retour du public.  «  Avec la chaîne nationale, nous touchons les Mauriciens, et avec la diffusion en ligne, nous avons un public plus large », explique Abel Sullivan, qui ajoute que le feedback est positif. Quant aux critiques, il les prend de manière constructive et essaiede s’améliorer, dans la mesure du possible.

« What next ? »

Avec les restrictions sanitaires actuelles, les messes en ligne et télévisées vont continuer. « Il nous faudra juger de son utilité sur le long terme, avec les changements au niveau des rassemblements. »

Par ailleurs, il souhaite que la messe en ligne puisse aller à la rencontre de nouvelles paroisses. Chose difficile à concevoir pour l’heure, le transport du matériel étant un défi. Ajouté à cela chaque changement dans les mesures sanitaires qui apporte son lot de soucis.

« Ce n’est pas évident de tourner une messe en ligne avec 50 personnes, tout en essayant au maximum de ne pas les déranger dans leur moment de communion  », concède-t-il. Néanmoins, il est confiant de pouvoir continuer à faire vivre cette expérience de communion, même à distance.

Yanick Bazile
Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0