Laurence Forget-Ramah : L’amour pour toutes les espèces

Laurence Forget-Ramah : L’amour pour toutes les espèces

Laurence Forget-Ramah (Dr) va nous accompagner pendant plusieurs mois pour nous aider à mieux prendre conscience de l’importance de respecter la Création et d’œuvrer dans le sens du développement durable. Voici son portrait.

Altruiste. Tel pourrait être le qualificatif pour décrire Laurence Forget- Ramah. Depuis son jeune âge, cette mère de deux enfants s’est toujours intéressée et dévouée à aider les autres. Surtout les personnes vivant dans la précarité ou dans la misère.

Déjà, alors qu’elle était étudiante en France, elle s’était engagée dans une paroisse où elle a pu se rendre compte que la pauvreté est partout… même dans les pays développés. « Alors que je voyais la pauvreté là-bas, je me suis dit que je ne pouvais rester, quand dans mon propre pays il y avait autant de misère aussi. C’est là que j’ai décidé de rentrer à Maurice. C’était comme un appel pour moi », partage Laurence Forget-Ramah. Ainsi, après le premier cycle de ses études en biologie moléculaire en France, elle rentre au pays pour entamer son doctorat.

S’engager auprès des pauvres

Nous sommes alors en 1999, l’année des émeutes. Le pays est en pleine ébullition et pas mal de mouvances voient le jour. Laurence va d’abord commencer à travailler au Mauritius Sugar Industry Research Institute (MSIRI) où elle fera d’ailleurs son doctorat. Son intérêt pour les pauvres va également la pousser à se joindre au père Henri Souchon pour aider auprès des « tontons »

Elle choisit aussi d’intégrer l’Ecole pour la solidarité et la justice (ESJ) pour se former à toute cette spiritualité de justice sociale. Là, c’est l’aventure des écoles complémentaires qui commence et Laurence va côtoyer de nombreuses personnes vivant dans la misère et pauvreté  : les habitants des longères, la communauté de Richelieu et de Barkly, entre autres.

« Je vivais à fond mon engagement. Je me voyais faire que cela et je me suis même dit que je m’étais trompée d’études, que j’aurais dû avoir fait de la psychologie », partage notre interlocutrice. Une fois son doctorat en poche, elle prend d’ailleurs la charge du Centre of Learning de Barkly.

Laurence Forget Ramah

Un programme de développement personnel

Le temps de se marier et de fonder une famille, Laurence Forget-Ramah s’envole pour quelques années en Angleterre où elle sera encore engagée auprès des plus pauvres. Une expérience qui va l’aider à mieux comprendre les personnes en situation de pauvreté.

De retour à Maurice, elle rejoint le département d’études sociales de l’ICJM. « J’ai découvert en Angleterre la technique du coaching. Je m’y suis alors formée, de même qu’en psychologie, avant de mettre en place à l’ICJM un programme de développement personnel pour les travailleurs sociaux qui s’occupent des personnes vivant dans la pauvreté et la misère », précise notre interlocutrice.

Ce programme, elle va d’ailleurs aussi le mettre en place au sein du groupe Eclosia, avec une formation en développement personnel et le coaching du personnel ouvrier de l’entreprise.

« Alors que je voyais la pauvreté là-bas, je me suis dit que je ne pouvais rester, alors que dans mon propre pays, il y avait autant de misère aussi ».

Plus tard, celle qui était destinée à une carrière dans la recherche scientifique vivra un deuxième turning point. Celui de la découverte des Objectifs de développement durable (ODD 2030). « Je fais le constat qu’il y a aussi d’autres êtres qui sont en souffrance et qui sont sans voix. Et avec les ODD, je me rends compte que l’homme, dans sa manière de faire, surexploite la nature et ses espèces. Je me suis alors dit que les ODD, avec un programme tellement vaste et holistique, représentent toutes les valeurs que je défends depuis tout ce temps », soutient Laurence Forget-Ramah.

Formation Laurence Forget Ramah

Les Objectifs de développement durable

Société de surconsommation, destruction de la nature et de l’écosystème, système qui puise les ressources de la planète, sont entre autres les éléments qui vont pousser Laurence à s’engager à faire connaître ce que sont les Objectifs de développement durable. « Je me suis dit que c’est vraiment un secteur où il faut s’engager, surtout au niveau des entreprises. Voilà comment j’ai intégré une entreprise en tant que Sustanability Manager. Une expérience qui va me permettre de comprendre où le bât blesse au sein des entreprises et aujourd’hui, j’en fais mon combat en proposant mes services aux entreprises pour qu’elles aient une manière de faire plus durable », dit-elle.

Aujourd’hui consultante en développement durable, Laurence Forget-Ramah milite contre ce mode de vie de surconsommation et de course vers la croissance économique. Elle croit fermement qu’il faut un grand travail de communication pour faire changer le mindset. Ainsi, son travail consiste désormais à faire prendre conscience aux entreprises qu’il faut qu’elles changent leur manière de procéder pour diminuer leur impact sur la nature.

Tous Solidaires

Petit à petit, elle les aide à réfléchir et à mettre en place un système plus durable, dans lequel l’entreprise peut fonctionner. « Après tout ce qui s’est passé avec le Wakashio et la Covid- 19, je pense que le Mauricien est prêt à vivre le changement qu’il faut, mais il est nécessaire de lui faire prendre davantage conscience et de lui donner les moyens d’agir autrement », explique-t-elle.

Loin de s’arrêter à cela, depuis l’année dernière, Laurence Forget-Ramah a aussi rejoint l’équipe de Tous Solidaires, projet qui vise à aider les personnes souffrant de la crise économique liée à la pandémie de la Covid-19. Un nouveau challenge pour notre interlocutrice, mais qui reste cohérent avec son désir d’aider ses semblables. Désir animé par sa foi en Jésus.

Nadia Hilaire
Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0