Drogue : briser les reins des mafias

Drogue : briser les reins des mafias

Le vendredi 9 juillet dernier a été un jour sombre pour Rodrigues. En effet, l’ADSU a mis la main sur deux jeunes hommes de la région Est en possession de Brown sugar et d’héroïne. Ce, après une surveillance minutieuse et la collaboration de citoyens qui ont alerté la police. Bravo à ces personnes qui ont cru que, pour combattre la prolifération de la drogue et autres trafics illicites, il faut une collaboration active avec les forces de l’ordre. Un exercice délicat qui doit se faire dans l’anonymat.

Drogue de synthèse disponible à Rodrigues

Ce n’est pas la première fois que de la drogue dure est saisie chez nous. Selon les échos, la drogue de synthèse est disponible à Rodrigues. Dans un récent pas sé, un jeune collégien a perdu la vie tragiquement en consommant cela. C’est dire combien il est urgent de cerner ce problème qui menace la société rodriguaise. Seule, la police ne pourra pas arriver à bout des mafias de la drogue. Très rusées et créatives, ces dernières affinent leur stratégie pour contrecarrer tout soupçon concernant le business de la drogue. Les barons essaient toujours de mettre la main sur les plus vulnérables pour faire leur sale besogne.

En juin dernier, le Conseil exécutif a octroyé au groupe Crac-anti drogue une enveloppe financière. Ce, pour intensifier sa campagne de sensibilisation contre les produits illicites sur le terrain. Cette ONG devrait accentuer sa formation auprès des collégiens, ceux des établissements scolaires spécialisés et les Centres de jeunesse. Sans oublier le milieu primaire. Les réseaux sociaux ont été submergés par ce message : « Non a ladrog dan Rodrig. » C’est une bonne initiative pour faire prendre conscience du danger qui nous guette.

Oser manifester

Il faut aller beaucoup plus loin en restant attentif aux activités louches dans nos localités respectives. De plus, il ne faudra pas avoir peur de descendre dans la rue pour manifester notre indignation. Passons aux actes concrets  !

Bravo à l’ADSU qui, sous la charge du sergent Robertson Perrine, mène un combat sans relâche contre les marchands de la mort. C’est un énième avertissement !

Jean-Gérard Gaspard
Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0