Personnes âgées en 2021 : « zot pa enn fardo »

Personnes âgées en 2021 : « zot pa enn fardo »

Les personnes âgées et les grands-parents sont comme les colonnes solides d’une maison. Ils ont une connaissance, une richesse incroyable et nous leur devons le respect. Mais qu’en est-il réellement aujourd’hui à Maurice  ? Armoogum Parsuramen, président de la Global Rainbow Foundation, nous dresse un tableau où il est malheureusement question de violence et d’abus de personnes âgées.

Avek levolision la sosiete, bann person aze pe fer fas a bann sitiasion degradan e difisil. La sosiete finn perdi so bann valer e tousala pe vinn bann traka. Li vremem boulversan seki ou tande toulezour : violans, krim, etc. »

C’est le constat d’Armoogum Parsuramen. Un bilan qui s’appuie sur les échanges lors de visites dans les foyers et résidences, mais aussi durant les camps médicaux organisés par la Global Rainbow Foundation. Cette dernière a été mise au courant de plusieurs cas où des personnes âgées ou handicapées ont été privées de leur pension, soit à la suite d’abus de proches ou d’une décision des autorités. Si de nombreux seniors connaissent aujourd’hui la solitude, plusieurs raisons expliquent cela.

« Autrefois, nous avions des familles élargies, mais aujourd’hui, nous avons des familles nucléaires où chacun regarde ses plus proches, sans pour autant se soucier des personnes âgées  », constate notre interlocuteur. Le départ des enfants pour l’étranger est aussi source d’isolement et peut donner lieu à des problèmes de santé comme la dépression. « Quand ils sont laissés-pour-compte, les seniors deviennent vulnérables et peuvent donc être plus facilement victimes de violence, voire d’actes barbares. »

Et Armoogum Parsuramen de poursuivre en déclarant qu’il « est malheureux de voir que la société a perdu tout respect envers nos aînés. Rien qu’à voir dans les bus, sur un passage piéton ou dans les files d’attente. Ce n’est plus ‘les personnes âgées d’abord’ ! » 

Donner de la valeur aux personnes âgées

Armoogum Parsuramen estime ainsi que la société doit le respect aux personnes âgées. « Bann vie dimounn ena zot plas dan sosiete, me respe pe bien diminie. E pou sanz sa mantalite-la, li vremem difisil. » Pour améliorer la situation, notre interlocuteur prône l’adaptation. « Anou komans par adapte nou bann vie dimounn a la teknolozi, afin ki zot osi zot avans ansam avek levolision nou sosiete. E dan lavenir, zot pou mwin soufer. Anou adapte osi nou bann servis a nou bann vie dimounn. »

Il est d’ailleurs en présence de récits de nombreuses situations où des efforts devraient être faits pour offrir un meilleur service aux aînés. «  Eski nou sistem lasante adapte a nou popilasion ? Ou kone ki ena dokter ki al rann vizit a domisil san mem oskilte pasian-la ? Nou bizin aret servi nou bann gran dimounn ! Donn zot enn gro pansion, apre servi zot a bann lobzektif politik… Met zot dan enn bis, donn zot manze-bwar e apre, fer dominer ar zot ! Zordi zour, ena zanfan pran zot gran dimounn, fer zot krwar ki pe al promne. Apre zot pran, li met li dan enn Home e pa revinn sers li ankor. Zot disparet ! Boukou vie dimounn pe soufer an silans. Anou donn zot zot valer, donn zot zot plas  ».

Pour promouvoir le respect des personnes âgées, Armoogum Parsuramen estime par ailleurs qu’il faut aussi travailler auprès des enfants.

Du travail à faire

Le pays fait face à un vieillissement de la population et il nous faut solutionner cette situation, souligne notre interlocuteur. « Quand nous parlons du vieillissement, il y a deux aspects à prendre en considération : la santé et l’économie. » Et de souligner que ce vieillissement affectera les régimes de retraite ; les bénéficiaires seront plus nombreux et ils réclameront des prestations sur une période beaucoup plus longue.

Le besoin en matière de soins sera aussi plus conséquent. « Il y aura la prévalence d’un certain nombre d’affections chroniques à long terme, ainsi que des cas d’incapacités physiques et mentales. » Les conditions de vie, y compris le logement et le transport, devront être adaptées aux personnes âgées, afin de veiller à ce qu’elles puissent rester indépendantes le plus longtemps possible, souligne Armoogum Parsuramen.

Si pour faire face au problème de vieillissement de la population mauricienne, des études ont été faites et des initiatives prises, par exemple l’accroissement du nombre de maisons de retraite à Maurice, notre interlocuteur est d’avis qu’il reste encore du travail à faire. « Nou bizin kapav sansibiliz popilasion lor respe nou bann gran dimounn. Fodre pa ki nou pran bann vie dimounn kouma enn fardo. Bien souvan, zot panse ki sa vie dimounn-la la, li pa pe travay, li pe gagn pansion. Zordi, ena zanfan pe bate, touye, zis pou pran sa kas pansion-la. Konsiantizasion pa ase, bisin ena aksion  ! »

En 2019, le pays comptait 250 000 personnes âgées.

Arline Esther-Gérard
Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0