Syndrome du bébé secoué : tragédies évitables

Syndrome du bébé secoué : tragédies évitables

Lors d’une rencontre organisée par le Mouvement d’aide à la maternité (MAM) le jeudi 22 juillet dernier à l’hôtel Labourdonnais, le Dr François Leung (photo) a évoqué le syndrome du bébé secoué. Une pratique qui peut être lourde de conséquences, mais qui est évitable. Les explications du pédiatre sur le sujet.

 Le syndrome du bébé secoué : explications

C’est une pathologie qui survient de manière non-accidentelle par comportement inadapté, mais parfois intentionnellement par maltraitance à l’enfant. Il s’agit d’un traumatisme infligé à l’enfant, lorsque ce dernier est secoué de façon violente, souvent en réponse à des pleurs prolongés ou répétés. Cette pathologie touche principalement les bébés jusqu’à 1 an, mais ceux qui sont les plus touchés sont les nourrissons de 2 à 4 mois (la période où les parents sont complètement épuisés et n’arrivent plus à supporter les pleurs du bébé, qui malheureusement peut encore souffrir de coliques). Ce pro blème peut concerner tout le monde, toutes les cultures et tous les niveaux socio-économiques.

Toutefois, il faut noter que le syndrome du bébé secoué ne survient pas lorsque le bébé est bercé tendrement. Le bercement est un geste doux, tandis que secouer un bébé est un acte violent.

Ce qui se passe

Il existe un espace libre entre le cerveau et la boîte crânienne, ce qui fait que le cerveau peut être légèrement déplacé lors de petits chocs. Mais lorsque le bébé est secoué violemment, le cerveau percute aussi violemment la boîte crânienne et peut être affecté sérieusement. Pour mieux comprendre, il faut faire l’analogie avec une cloche. Le battant intérieur qui est mobile, continue à frapper l’intérieur de la cloche tant qu’on continue à la secouer. Il en va de même pour le cerveau lorsque le bébé est secoué violemment, ce qui va entraîner des les lésions intracrâniennes telles que des contusions cérébrales ou des hémorragies intracrâniennes lorsque certains vaisseaux vont se rompre.

En outre, le cou du bébé n’est pas encore solide et ne peut pas tenir la tête convenablement. Le fait de secouer le bébé violemment peut entraîner une fracture de la colonne vertébrale au niveau du cou et provoquer une paralysie grave. Malheureusement dans les cas graves, la mort survient.

Les conséquences

Il y a divers signes cliniques. L’enfant peut devenir pâle, anémique, somnolent, apathique, manquer d’appétit, avoir des vomissements, convulser. Les conséquences à long terme sont sérieuses. L’enfant peut éprouver des troubles d’apprentissage et des difficultés scolaires. Sans parler des troubles visuels, voire la perte de vue totale provoquée par les lésions sur la rétine.

La prévention

Il est très important que tout le monde soit conscientisé sur ce problème. Ce geste n’est pas anodin et les conséquences peuvent être graves. Les parents doivent prendre conscience qu’il est impératif qu’ils aménagent du temps pour eux. Cela les aidera à être plus sereins et de facto, plus patients. Autant que possible, ils peuvent s’entourer de personnes calmes et bienveillantes qui peuvent s’occuper de leurs enfants et/ ou prendre la relève quand ils sont fatigués.

Il est aussi conseillé de parler de ce syndrome autour de soi pour faire prendre conscience au plus grand nombre du danger de cette pratique. N’oublions pas, secouer bébé ne serait-ce qu’une seule fois est déjà la fois de trop  ! Les dégâts peuvent être invisibles au début, mais demeurent graves et parfois irréversibles et la mort reste possible.

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0