Aurélie Bathilde : De son art, elle souhaite vivre !

Aurélie Bathilde : De son art, elle souhaite vivre !

Aurélie Bathilde est la créatrice du dessin qui illustre notre couverture cette semaine. Cette jeune artiste, habitante de Petite-Retraite, peint depuis qu’elle est enfant.

Détentrice d’une licence en arts, Aurélie Bathilde est ce que l’on peut appeler une artiste dans l’âme, car elle aime dessiner depuis l’enfance. Et très tôt, ses proches ont reconnu en elle ce talent.

Au collège, Aurélie décide d’utiliser les ressources disponibles pour améliorer ses connaissances et ses techniques. Pourtant, au moment de choisir une formation professionnelle, c’est le stylisme qui l’attire, mais par manque de moyens, elle se tourne vers les beaux-arts où elle se spécialise alors en sérigraphie. « Les personnes ne comprenaient pas vraiment pourquoi je voulais étudier cette matière. J’ai dû persévérer, même si beaucoup essayaient de m’en dissuader », confie-t-elle.

Malheureusement, depuis la fin de ses études en 2017, la jeune artiste peine à trouver un emploi. Elle a eu l’occasion de remplacer des enseignants dans deux collèges, mais uniquement comme contractuelle. « C’est difficile, à Maurice, de trouver de l’emploi dans ce domaine. À part l’enseignement ou travailler pour soi en vendant des tableaux, les débouchés sont limités. Les Mauriciens pensent toujours que l’art est facile. Ils ne réalisent pas tout le travail qu’il y a derrière et comment cela nécessite beaucoup de temps, de passion et d’amour. »

Aurélie Bathilde

L’artiste à l’oeuvre.

Mais cette situation ne décourage pas pour autant la jeune femme qui essaie de faire son petit bonhomme de chemin. « La vie est dure et c’est important d’avoir un travail. Si j’avais eu un emploi stable, cela m’aurait permis de développer davantage mon art. Pour l’heure, j’avance comme je peux. »

Ses tableaux, elle les réa lise sur commande. Cela peut être du crayonnage, de l’art abstrait ou des peintures, selon le goût du client.

« Ce que j’aime dans la réalisation des tableaux, c’est qu’on peut y apposer sa touche personnelle. On y met du sien, son style, sa technique et donc, même si on doit reproduire une photo par exemple, la touche personnelle compte pour beaucoup », soutient-elle.

« Ce que j’aime dans la réalisation des tableaux, c’est qu’on peut y apposer sa touche personnelle. On y met du sien, son style, sa technique. »

Avec le temps et la pratique, Aurélie a par exemple gagné en rapidité. Aujourd’hui, elle peut compléter un tableau en une semaine. L’inspiration influence aussi le délai d’exécution. Et si un tableau ne satisfait pas l’artiste, elle n’hésite pas à se remettre au travail. Ce qui compte, c’est d’avoir la satisfaction de présenter un travail bien fait.

Aurélie réalise aussi beaucoup de tableaux religieux qu’elle offre en cadeau. Parlant d’un tableau représentant la Vierge (voir la Une de l’édition de cette semaine), la jeune fille explique que c’est un cadeau qu’elle a offert au père Jean-Claude Véder, alors que son père suivait la formation ZVZ. Pour cette œuvre, elle s’est inspirée de la chapelle à Bois-d’Oiseaux : Marie-Mère-de-l’Église. Elle voulait ainsi représenter Marie et Jésus entourés d’enfants.

À ce jour, Aurèlie a réalisé une dizaine de tableaux religieux, tous offerts à sa famille ou ses amis. « Je ne me vois pas vendre un tableau de ce type. Pour moi, on ne peut pas vendre Jésus ou Marie. Cela ne cadre pas avec l’esprit de partage. Cela ne correspond pas à ma foi », confie-t-elle.

Aujourd’hui, Aurélie ambitionne de créer une école d’art. Après une première expérience d’initiation au dessin avec des enfants, elle a découvert que beaucoup d’entre eux ont une âme artiste, mais ne le savent pas. Ils ont besoin d’être aidés en ce sens, et c’est ce qu’elle veut faire. Cependant, avant d’y arriver, elle préfère trouver un emploi à plein temps.

Aurélie Bathilde tableau

Aurélie réalise des tableaux religieux qu’elle offre en cadeau

L’âme d’artiste d’Aurélie ne se limite pas au dessin. Depuis quelques mois, elle s’est aussi lancée dans la confection de bijoux et d’objets en crochet avec sa maman. « L’année dernière, j’ai suivi un cours en crochet via SME Mauritius. Par la suite, ma mère s’est lancée dans la confection de bijoux où, avec mon expérience dans le domaine, je l’aide… Bientôt j’irai à mon tour donner des cours de crochet à d’autres dames  », explique Aurélie. L’entrepreneuriat est donc un nouveau créneau que l’artiste souhaite explorer.

Retrouvez Aurélie Bathilde sur Facebook et aidez-la.

Pour ses tableaux : A. Bathilde Art et pour ses bijoux : Zisputwa.

Nadia Hilaire

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0