Mathieu Dacruz : « Je suis vrai, j’ose rêver »

Mathieu Dacruz : « Je suis vrai, j’ose rêver »

Mathieu Dacruz représente Maurice au sommet Youth4Climate : Driving Ambition qui se tiendra à Milan, en Italie, du 28 au 30 septembre prochains. Du haut de ses 17 ans, il était le premier surpris de cette nouvelle. Impatient de vivre cette expérience, il se livre.

« J’ose croire en l’humanité. Je pense que nous sommes capables de grandes choses. » C’est ce que nous confie le jeune Mathieu Dacruz. Il était le premier surpris d’apprendre qu’il aura la chance de participer au sommet Youth4Climate : Driving Ambition à la fin du mois de septembre.

Élève au collège Saint-Esprit (CSE), Mathieu est un jeune très engagé sur plusieurs plans, tant environnementaux que sociaux. Ambitieux et rêveur, il est persuadé qu’un changement n’est possible que si on s’engage.

La protection de l’environnement, il l’a dans la peau. D’ailleur ça se voit à travers les différents engagements qu’il a pris. Au collège, il est cofondateur du club Eco-Friendly Group et co-fondateur d’un réseau national des étudiants du secondaire, le National Forum for Colleges (NAFCO). « Je suis quelqu’un qui ose rêver. J’ai des ambitions et je ne le cache pas. J’ai envie de dire que je veux changer le monde, mais il faut être réaliste. Ce n’est pas quelque chose qui peut arriver du jour au lendemain. »

Patience dans le changement

Pour lui, les jeunes et la société sont impatients. Ils exigent des changements drastiques du jour au lendemain. Selon le jeune homme, il faudrait être patient et trouver des solutions durables. Dans les changements pour l’environnement, il faut également prendre en considération l’aspect social, dit-il. « L’environnement et le social vont de pair. Ils sont indissociables. Le réel défi dans le changement est de transitionner de la meilleure façon possible », explique-t-il.

Dans son discours, avant d’être donneur de leçons, Mathieu fait l’effort d’être un exemple à son niveau, dans les gestes du quotidien. Il nous raconte d’ailleurs l’effort que fait sa famille pour le recyclage des déchets chez lui, entre autres. Les réfugiés climatiques ou encore la famine dans certains pays sont des sujets qui le touchent profondément. « Qui va améliorer le monde si ce n’est pas nous ? », se demande-t-il en ajoutant : « Je ne sais pas si c’est de la naïveté ou de la maturité de ma part. »

C’est cette maturité dans sa vision du monde qui lui ouvre les portes du sommet Youth4Climate. Cette aventure commence lorsque l’Action for Environment Protection, par l’intermédiaire de Sharon Leung, propose aux élèves de son collège de s’inscrire auprès de l’équipe organisatrice du Youth4Climate, l’Office of The UN Secretary General’s Envoy on Youth. Encouragé par Marjorie Munien, vice rectrice du collège, le jeune Mathieu se jette à l’eau. À la fin du mois de mai dernier, il apprend via un courriel émanant dudit comité qu’il représentera Maurice à Milan.

Entre honneur et défi

« Je dois avouer que c’est un honneur. Mais je ne m’y attendais vraiment pas. La participation était ouverte aux jeunes de 16 à 30 ans et je me suis dit qu’à cause de mon jeune âge, d’autres plus compétents auraient été sélectionnés », soutient-il. Lors de ce sommet, il sera amené à rencontrer, dialoguer et partager ses idées et projets avec d’autres jeunes du monde. Les thèmes qu’il souhaite aborder sont : l’éducation, le tourisme, la national action, la nature-based solution et finalement l’international climate action.

« Je suis conscient que c’est un défi de taille à relever, mais je me prépare du mieux que je peux. C’est une chance de représenter mon pays sur une plateforme prestigieuse », confiet-il. D’ailleurs, il s’y est pris dès la fin de ses examens de School Certificate, afin d’être prêt sur tous les tableaux requis par l’organisation et pour pouvoir être un digne représentant de Maurice.

C’est d’ailleurs pour cela qu’il rencontre des stakeholders de divers secteurs, public comme privé, ainsi que des ONG à l’œuvre sur le terrain pour mieux comprendre les enjeux sociaux et environnementaux du pays. Il rappelle : « Ma mission là-bas sera de représenter au mieux mon pays et de dire notre manière voir par rapport aux changements climatiques. L’île Maurice est directement impactée et il est de mon devoir de faire entendre notre voix. »

Oser croire

À travers sa participation au sommet Youth4Climate, Mathieu a un souhait : faire du NAFCO la plus grande plateforme de jeunes à Maurice, parce qu’il croit dans le potentiel de ces derniers pour changer le monde. Avec le soutien de sa famille, il continue ses engagements dans le social.

À Milan, Mathieu Dacruz ne sera pas le seul à représenter Maurice. Il sera accompagné de Karishma Asaram, Mauricienne qui étudie actuellement en France.

Son message aux jeunes : « Osez croire au changement ! Engagez-vous ! À quoi sert le changement si ce n’est rêver et agir ! »

Anaïs Rock

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0