Oser l’aventure avec le Christ

Oser l’aventure avec le Christ

Quatre jeunes mauriciens, Jérémie, Jordan, Josian et Vincent, ont pris l’avion dimanche dernier pour la France. Ils commencent incessamment leur formation au séminaire d’Orléans pour oser l’aventure avec le Christ.

Ils seront au total onze à s’orienter vers la prêtrise. Avec leurs amis en études au séminaire de Rome et à celui de Nantes. Quelle belle note d’espérance ! Alors que ces deux dernières décennies, nous n’avons eu de cesse de débattre autour de ce que nous appelions la « crise des vocations ». Ce, en nous appuyant sur la raréfaction des ordinations diocésaines, forts du fait que la dernière en date était celle de Yudesch Arnachellum en 2018, et la précédente, dix ans plus tôt et qui a vu Jean-Pierre Arlanda et Jean-Bernard Fricot faire le don de leur vie à l’Église et à la société mauricienne.

Mais revenons à nos onze séminaristes. Et réjouissons-nous de la direction qu’ils choisissent de donner à leur vie  : oser l’aventure avec le Christ, se mettre au service de la Parole et de l’évangélisation, être figure du bon pasteur pour les hommes et les femmes qui croiseront leur chemin, porter dans la foi des communautés humaines et les faire grandir sur tous les plans…

Voilà ce à quoi s’engagent nos jeunes. Et nous, à quoi nous engageons-nous ?

À les soutenir. Soutenir leur vocation. À soutenir les vocations présentes et à venir pour que se perpétue la mission qui est propre à l’Église. Et il est bon de noter que bientôt, notre solidarité sera sollicitée avec les cartes de parrainage financier du Festival des Vocations 2021. Ce sera notre manière de nous engager concrètement auprès et avec ces jeunes qui songent sérieusement à la vie de prêtre. En sus de prier en famille, en paroisse, pour les Vocations.

Le Festival des Vocations est en quête de Rs 10 000 000. Le but étant de couvrir les frais d’études de ces onze jeunes. Les temps sont certes difficiles avec la Covid-19. Mais relevons le défi avec enthousiasme et générosité. Nous le pouvons  ! Et marchons aussi avec joie vers le Festival, «  sakenn dan so parwas, nou tou ansam ».

Danièle Babooram

Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0