La mesure de l’incohérence…

La mesure de l’incohérence…

Nous n’allons pas épiloguer sur l’incohérence de la mesure  ! Un enfant peut la montrer du doigt ! Transport public hyper bondé et sans distanciation physique. Réunions publiques et privées à 50 personnes, mariages et funérailles avec cette même jauge. Et messe… rien que 10 ! Nous n’allons pas non plus nous étendre sur les messes lor koltar, dan parking, ou encore dans les salles paroissiales pour permettre au plus grand nombre de participer à l’Eucharistie et ce, dans le respect des règles sanitaires et du Consolidated Covid-19 (Amendement No 3) Regulations 2021.

Attardons-nous sur un certain nombre de questions : comment en sommes-nous arrivés à une telle incohérence ? Est-elle due à la méconnaissance culturelle et religieuse de l’autre, dans cette île Maurice dont on brandit la pluralité comme un argument marketing ?

Les têtes pensantes qui ont accouché de cette énième incohérence voient-elles la différence énorme qui peut se jouer dans la jauge entre une célébration dans un lieu de culte avec une capacité d’accueil de 600, 700, 800 et une, autour d’une grotte de quartier, d’un kalimaye du coin ? Ou alors, en sommes-nous toujours au one size fits all ?…

Si rationalité il y a derrière une telle mesure, que les autorités l’expliquent. En termes clairs, posés. Notre peuple est adulte et apte à comprendre si l’argumentaire est justifié. Et il y a fort à parier que ceux qui l’auront acceptée parce que comprise, s’en feront volontiers les défenseurs auprès des plus sceptiques. C’est ainsi que se gagnera la guerre contre la Covid-19. En unissant nos forces, en suscitant l’adhésion et certes pas en antagonisant.

Et si la mesure est sans fondement, il est plus que temps de le reconnaître. En toute humilité. Pour freiner aussi cette autre chaîne qui menace le pays, celle de la confrontation perpétuelle, des tensions intercommunautaires. Et recentrer notre énergie sur notre ennemi commun : la pandémie qui flambe aux quatre coins du monde et le Delta qui fait son lit chez nous.

Nous avons vécu deux confinements. Notre vie a repris beaucoup de sa normalité, certes. Toutefois, on ne le dira jamais assez : le pire est peut-être devant nous…

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0