Filles de Marie : Retour sur une retraite exceptionnelle

Filles de Marie : Retour sur une retraite exceptionnelle

Revenir à l’essentiel, c’était le thème de la retraite des Sœurs de la Congrégation des Filles de Marie. Elle était d’une semaine et s’est tenue dans le cadre paisible de la Roche-qui-pleure au Foyer de l’Unité. Sœur Aimée Armance revient sur ce moment fort.

Comme chaque année, toutes les religieuses se rencontrent pour une session de travail pendant une semaine. Sauf que la retraite se fait toujours en deux groupes, car impossible de fermer le couvent et de partir. Cette année, les Sœurs ont opté pour un endroit paisible, calme et idyllique. Le choix s’est donc porté sur le Foyer de l’Unité à Souillac. «  Nous avons été à plusieurs endroits auparavant. Mais cette année-ci, nous avons voulu changer. Quoi de mieux que de venir dans un lieu aussi calme. Un bon moyen de se couper de tout et de revenir à l’essentiel », dit-elle.

Dans chaque groupe, il y avait une vingtaine de religieuses de tous âges. Le premier groupe s’est rassemblé en octobre dernier, tandis que le deuxième groupe l’a fait du 1er au 7 novembre. « La retraite annuelle a pour but de rassembler toutes les religieuses. Se couper de notre quotidien et se mettre en présence de Dieu. C’est aussi un moyen pour se remettre dans le bain et revoir notre mission. Le cadre, la mer, le souffle, la tranquillité nous ont aidées à nous mettre en présence du Seigneur. C’était un cadre enchanteur  », explique Sœur Aimée Armance.

Liens renoués

Comment ne pas revenir à l’essentiel dans un lieu qui appelle à la prière ? Et la retraite 2021 était vraiment différente des années précédentes. D’habitude pour les retraites annuelles, les religieuses Filles de Marie préparent le planning en allant de la liturgie au partage de groupe. Mais cette fois-ci, c’était différent. «  Nous n’étions pas seules pour les temps de la liturgie. Nous avons eu la grâce d’avoir avec nous tous les membres du Foyer de l’Unité. Ils ont préparé tous les temps de la liturgie et ont cheminé avec nous pendant toute une semaine », souligne-t-elle.

Revenir à l’essentiel, ce thème qui les a habitées pendant ce temps, cadre bien avec tout ce qui se passe dans l’actualité. « Nous avons fait face au confinement avec la Covid-19. Mais le confinement a aussi permis à beaucoup de familles de revenir à l’essentiel  : la prière et le partage en famille. De plus en plus, les valeurs familiales se perdaient. Les gens se sentaient seuls et délaissés. Mais merveille que fit le Seigneur, les liens se sont renoués avec le confinement », lance Sœur Aimée Armance.

Temps forts

Il y a eu plusieurs temps forts durant cette retraite. Parmi, le partage du prêtre-animateur, le père Henri Arthé, qui a expliqué le confinement dans la Bible. Les grands personnages de la Bible ont aussi vécu le confinement : Noé dans son arche, Jonas dans le ventre du poisson et le Cénacle avant la Pentecôte. « Ce n’est pas la première fois que nous vivons cela. Le confinement a beaucoup servi à nous faire revenir à l’essentiel », dit-elle.

Cette retraite annuelle des religieuses Filles de Marie a permis à chacune de se poser, de revoir le film de sa vie et sa mission. «  Se retrouver en petit groupe pour des partages a aidé à se reprendre en main. Pour moi, cette retraite a été une occasion de renouvelle ment dans ma vie religieuse et spirituelle. » 

Le père Henri Arthé a aussi mis beaucoup l’accent sur la prière du cœur. Il faut laisser la Parole de Dieu s’intérioriser dans notre cœur. « Ce furent sept jours de temps forts basés sur l’essentiel et la prière du cœur. Nous repartons de là avec plus de confiance. Chacune de nous a ressenti un appel à plus d’intériorité. Il faut vivre cette union avec Jésus tout au long de notre vie », souligne Sœur Aimée Armance.

Arline Esther-Gérard

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0