Affirmative Action : « D’autres actions suivront, si pena satisfaksyon »

Affirmative Action : « D’autres actions suivront, si pena satisfaksyon »

24 décembre – 24 janvier. Un mois depuis la diffusion du message de Noël, censuré, du Cardinal Piat. Jeudi 20 janvier 2022, Affirmative Action (AA) avait organisé une manifestation devant le bureau du Premier Ministre et les locaux de la MBC. Le Père Gérard Mongelard, membre d’AA,  revient sur leurs démarches et leurs attentes.

Lors de la manifestation vous avez déploré le fait que des enquêtes sont ouvertes mais rarement bouclées. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Ou inn deza trouv enn lanket ferme ? Samem ve dir tou. Censurer un message du Cardinal Piat est inadmissible ! Surtout qu’il n’a rien dit de mal ! Il a ainsi simplement parlé de la souffrance du peuple. D’ailleurs, ce n’est pas parce qu’après 4 jours, le message a été rediffusé dans son intégralité, que tout est bien qui finit bien. Si nou res trankil, la prosenn fwa zot kapav vini e sansir seki zot anvi. Kumadir nou pe aksepte seki zot fer.

Anooj Ramsurrun, directeur de la MBC, est personnellement venu vous rencontrer. Il assure par ailleurs que lumière sera faite sur cette affaire. Comment Affirmative Action accueille-t-elle sa démarche ?

Je ne suis pas satisfait de la retransmission de la manifestation dans le journal télévisé. Trouve ki la osi zot pa inparsial. L’accent a été plutôt mis sur le fait que le directeur est sorti sous la pluie battante pour venir nous rencontrer. Mais c’est une désinformation, komie tan nou pou aksepte bann zafer parey ! Venir dire que la MBC et l’Église collaborent souvent pour la retransmission des émissions religieuses ou les messes ne révèle guère d’un privilège, car les gens payent pour obtenir ce service.

Nou anvi konn la vérité ! Kisanla in sansir sa mesaz-la ? Se sa nou poi. Le directeur a notamment promis qu’une enquête sera initiée. La version censurée du message du Cardinal a été diffusée le 24 décembre et nous sommes déjà à un mois ! Faut-il attendre encore que l’enquête interne soit bouclée ? Pas possible. Nous voulons, avant tout, que la vérité soit rendue sur cette affaire.

Avez-vous comme un ‘ultimatum’ et quelles seront vos options si vos demandes ne sont pas considérées par les autorités ?

Nous ne nous arrêterons certainement pas là. Nous sommes pour le dialogue et le respect des personnes, c’est pour cela que nous leur donnons du temps. D’autres actions suivront…si pena satisfaksyon.

Arline Ester-Gerard

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0