L’amour sous la Covid-19

L’amour sous la Covid-19

Détrompez-vous si vous pensez que nous en avons fini avec le coronavirus.  Et détrompez-vous si vous voyez en la reprise des classes en présentiel comme une indication que tout est sous contrôle. Détrompez-vous si la vue de quelques touristes flânant ici et là peut inspirer un sentiment de Covid Safe. Et détrompez-vous aussi si vous croyez encore que le vaccin vous rend invisibles. Détrompez-vous, parce que le mal est toujours tapi et guette.

À l’affut du moindre relâchement des gestes barrières, et de gestes irresponsables. Détrompez-vous, parce que les cas de contamination sont toujours importants et bien au-dessus de ce que nous croyons connaître. Et détrompez-vous également parce que des familles entières se battent quotidiennement contre la Covid-19 après avoir été plusieurs à être contaminés à intervalles rapprochés. Détrompez-vous, parce que le Covid long n’existe pas qu’à l’étranger. Nombreux sont nos compatriotes à souffrir de maux à la suite d’une contamination. Détrompez-vous, parce que les gens en meurent toujours, ou après une contamination, mais on en parle moins.

Bref, nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge ! Chaque pas vers la reprise d’un semblant de vie normale est aussi une occasion de s’exposer davantage au virus. Mais nous sommes bien obligés de vivre, d’avancer, d’apprendre « à vivre avec »…

Soyons tout de même raisonnables et responsables en faisant tout ce qu’il faut pour nous protéger et protéger notre prochain. Dans ce combat contre ce mal invisible mais omniprésent, n’oublions pas qu’une négligence de notre part peut coûter cher à quelqu’un d’autre. Aussi, alors que nous célèbrerons l’amour le 14 février prochain, n’oublions pas que la lutte contre la Covid-19 est un immense geste d’amour. D’amour pour soi-même, pour ses proches, pour son entourage, pour son pays. D’amour qui se traduit par la solidarité, la co-responsabilité.

Et comme le disait le pape François en ce qu’il s’agit de la vaccination, prions «  Dieu pour que chacun puisse apporter son petit grain de sable, son petit geste d’amour ».

Martine Théodore-Lajoie

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0