Combattre la violence

Combattre la violence

La violence tisse de plus en plus nos relations. Il y a d’abord celle qui est bien visible. Celle de l’automobiliste qui klaxonne comme un malade et lance son chapelet de jurons à l’autre qui n’a pas démarré au quart de tour, sitôt les feux passés au vert. Celle, phénomène qui se répète ces jours-ci, de ces motocyclistes en groupe qui bloquent la route aux quatre roues et leur donnent des sueurs froides. Celle consistant aussi à obstruer la route, en vue de voler les conducteurs qui ont la malchance de s’arrêter…

Il y a aussi celle, cachée, entre les quatre murs des mansardes, mais aussi d’habitations cossues. Violence découlant de la consommation de drogue et qui entraîne toute la famille dans la déchéance. La violence des mots qui transpercent l’âme et déshumanisent. Violence émotionnelle qui tient l’autre sous sa coupe. La violence sexuelle. Violence physique qui laisse le corps meurtri et le cœur en charpie.

Une palette de «  violence-défouloir  » au sein de ce qui devrait être des relations de tendresse, d’amour et d’épanouissement de soi et de l’autre.

Certes, l’histoire de l’humanité est, dès le début, teintée de violence, avec entre autres, le fratricide de Caïn sur Abel. Mais nous ne pouvons plus nous contenter de nous dire « les Hommes ont toujours été violents » ou encore « la violence est aujourd’hui médiatisée, d’où l’impression qu’elle est davantage présente »...

Notre société a bougé rapidement et bien des verrous ont sauté. Nous avons de plus en plus de mal à mettre des mots sur nos maux et à y faire face. Beaucoup d’hommes ont encore du mal à s’ajuster à l’émancipation féminine et persistent à donner dans l’instinct dominateur. Nous confondons amour et sexe et tombons dans une misère sexuelle, dopée au chantage. Et, souvent, inconsciemment, nous valorisons le « plus fort », celui qui pousse l’autre dans ses derniers retranchements, qui fait jouer de son pouvoir… pour obtenir ce qu’il veut.

Le combat contre la violence sous toutes ses formes est une urgence. Il demande une prise de conscience collective et des actions concertées. Chacun apportant sa pierre là où il est, pour que demain, il ne soit pas trop tard…

Danièle Babooram

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0