Paroisse Saint Joseph : Un cadeau par et pour les paroissiens

Paroisse Saint Joseph : Un cadeau par et pour les paroissiens

100 ans que la paroisse Saint Joseph, Terre Rouge a été érigée. Longtemps rattachée à Notre-Dame-de-la-Délivrande, Montagne Longue, elle se transforme ensuite en paroisse en 1922. Elle se dote, d’ailleurs, de sa propre Fabrique. La paroisse comprend également la chapelle Notre-Dame-de-l’Espérance, Solitude, et la chapelle Sainte-Famille, Bois-Marchand. En 2021, elle aura un nouveau cachet avec un autel en pierre et des vitraux racontant ainsi la vie de saint Joseph. À l’occasion de la fête de saint Joseph, le 19 mars, incursion en images au cœur de la seule église à l’honneur du père nourricier de Jésus.

Saint-Joseph à travers l’Histoire

«  L’Église Saint-Joseph a longtemps été entourée par un terrain boisé. D’ailleurs, la cour n’était pas asphaltée comme aujourd’hui  », confie Gisèle Padiachy, une paroissienne. Elle ajoute qu’une fontaine a longtemps été dans la cour de l’église pour que les paroissiens puissent venir prendre de l’eau.

« Aujourd’hui, nous avons un bijou grâce aux prêtres qui ont été de passage. C’est grâce, aussi, aux paroissiens  », explique notre interlocutrice. Elle est rejointe dans ses propos par une autre doyenne de la paroisse, Lise Laurent. « Au départ, on ne savait pas où commençait et finissait la cour de l’église. C’est le père Marcel Maillot qui a entamé les travaux.  »

C’est le père Jacques Harel qui a contruit la première cure de la paroisse, en 1994. «  Auparavant, les prêtres continuaient à résider sur la paroisse Notre-Dame-de-la-Délivrande et devaient faire de la route pour servir la paroisse Saint Joseph », explique Lise Laurent.

Il y a aussi eu le travail abattu pour lancer l’Autofinancement au cœur de la paroisse. « Il y avait Claude Permal, qui comme les autres canvasseurs, devait faire du porte-à-porte pour récolter les enveloppes », explique notre interlocutrice. Lise Laurent ajoute que les paroissiens n’hésitaient pas à mettre la main à la pâte pour leur église.

« Je me souviens d’être venue enlever la chaux des murs avec mes deux enfants, en bas âge à cette époque. Il y avait aussi d’autres paroissiens pour le crépissage des murs », soutient-elle. Elle confie d’ailleurs qu’au-delà d’une paroisse vivante, St-Joseph a pu compter sur de bons bergers et des paroissiens de bonne volonté.

Yanick Bazile

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0